A lire : Le sucre et les larmes – Bref essai d’histoire et de mondialisation

Cher(e)s histoirien(ne)s,

Saviez-vous que pendant des centaines d’années, le sucre était utilisé comme produit pharmaceutique peu répandu en Europe Occidentale ? Sa rareté et son coût exorbitant faisait du sucre un produit très précieux, il ne pouvait alors avoir que des effets bénéfiques sur la santé pensait-on. Pour les médecins de l’époque, il s’agissait d’un aliment “chaud” et ­ “humide”, deux propriétés qui facilitaient la digestion des aliments (la digestion étant considérée comme une condition impérative d’une bonne santé). Il était donc censé redonner de la vigueur aux malades et aux convalescents.

C’est avec la colonisation du Nouveau Monde, que le sucre s’est peu à peu répandu au dela d’une utilisation purement médicale  : au cours du 17ème siècle, il ­est devenu un produit à la mode dans les milieux chics des grandes villes. C’est l’esclavage de millions de travailleurs forcés qui a transformé le sucre en véritable « or blanc » pendant le siècle des Lumières. Les profits générés par les plantations de canne des colonies étaient si importants qu’en 1763, au terme du traité de Paris, la France préféra céder aux Anglais les immenses territoires qu’elle détenait au Canada plutôt que les « îles à sucre » des ­Antilles…

De nos jours l’agrobusiness fait la part belle au sucre qui est devenu un véritable enjeu économique, autant que de santé publique.

Alors pour mieux comprendre l’histoire du sucre, nous proposons en lecture un essai qui apporte une vision éclairante et passionnante sur le développement du business du sucre depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui : Le sucre et les larmes – Bref essai d’histoire et de mondialisation, de Pierre Bockès et paru en 2009.

Résumé du livre

Le sucre a toujours eu partie liée avec la mondialisation. Il invite au voyage dans l’espace et le temps. Si les anciennes îles à sucre sont aujourd’hui des destinations touristiques, elles furent jadis pour des millions d’hommes et de femmes, un voyage au bout de la nuit. On ne peut étudier l’histoire du sucre sans voir se lever l’armée des ombres des esclaves arrachés à l’Afrique. A l’arrière-plan du goût sucré, l’amertume des larmes !

Ce livre nous emmène aussi vers Saint-Domingue et Cuba, vers les Indes, l’Indonésie, la Chine et l’Australie. Vers des terres de latifundios ou de petits planteurs, de paysans précaires ou de grandes fermes de l’agrobusiness. Mais aussi voyage à la découverte des formes changeantes du sucre, ses modes de consommation et ses modes tout court.

D’abord épice, médicament, puis denrée de luxe, jusqu’à l’explosion actuelle d’un produit courant dispensant une énergie peu coûteuse dont la consommation exagérée peut être nuisible, surtout lorsqu’elle avance masquée.

L’économie du sucre, c’est encore des marchés volatils, des accords internationaux, des bulles spéculatives et des crises récurrentes. Tout un monde contrasté dans ces petits cristaux blancs ou roux !

Acheter le livre : 

Bonne lecture !