Comment Volvo a imposé la ceinture de sécurité

Histoirien(ne)s,

Accrochez-vous, Les histoires de… ne lésinent pas sur la sécurité ! Retour sur une invention qui a du crochet.

La ceinture de sécurité n’est pas une nouveauté. Dès le début de l’automobile, on installe des harnais à bord. On en équipe ainsi par exemple les véhicules lors d’une course Paris-Marseille en 1896. Puis en 1903 le français Gustave Désiré Liébau dépose un brevet pour des « bretelles protectrices pour voitures automobiles et autres » selon l’intitulé précis. Un autre modèle expérimental sera inventé par un médecin militaire américain, le colonel Strapp : il précipitait sur un mur des véhicules lancés sur rails à plus de 200 km/h, avec à leur bord de pauvres mannequins condamnés pour tester sa trouvaille …

Ensite, la ceinture ventrale a été popularisée sur les grosses berlines américaines haut de gamme au cours des années 50. Et puis une ceinture trois points en Y, est expérimentée et brevetée par La ceinture trois points en Y est expérimentée par Roger W. Griswold et Hugh DeHaven. Un progrès certes, mais qui provoquait des traumatismes graves au niveau du foie et de la rate… Effectivement,  le système ne donnait pas une entière satisfaction dans la mesure où la boucle de cette ceinture se trouvait au niveau de la cage thoracique, c’est-à-dire qu’elle portait atteinte aux organes situés à cet endroit au lieu d’assurer leur protection.

C’est alors que Nils Bohlin intervient. Ingénieur aéronautique chez Saab, chargé du développement de sièges éjectables ainsi que d’autres dispositifs de sécurité destinés aux pilotes d’avion, il est recruté par Volvo. Il va y développer ses théories sur la sécurité en cas de décélération violente (empêcher les occupants d’une voiture d’entrer en contact avec les éléments intérieurs de l’habitacle, réduire la gravité des séquelles dues à l’impact en cas de collision en adoptant colonne de direction rétractable, planche de bord rembourrée, …).

En 1958, les recherches de Nils Bohlin débouchent sur le dépôt d’un brevet pour une ceinture de sécurité en trois points qui se compose d’une sangle abdominale et d’une sangle diagonale au niveau de la partie supérieure du corps, placée correctement sur le plan physiologique, c’est-à-dire en diagonale au niveau du bassin et de la cage thoracique et fixée au niveau d’un point d’ancrage bas situé à côté du siège. La géométrie de la ceinture formait un V dont la pointe était dirigée vers le sol. De surcroît, la ceinture restait en place sans bouger lorsqu’elle se trouvait en tension. En 1959, la ceinture de sécurité trois points brevetée est aussitôt introduite sur la Volvo Amazon (120) et la PV 544 commercialisées sur les marchés scandinaves.

Volvo est ainsi devenue la première marque au monde à équiper ses voitures de ceintures de sécurité en série. La solution retenue et les avantages liés à sa conception en trois points s’étendirent rapidement dans le monde entier, Volvo ayant mis immédiatement le brevet de Nils Bohlin à la disposition de l’ensemble des constructeurs. L’invention de Nils Bohlin a même été classée par l’institut allemand de la propriété industrielle comme l’un des huit brevets considérés comme les plus importants pour l’humanité déposés en cent ans dans le domaine automobile !

La ceinture de sécurité ainsi mise au point par Nils Bohlin a depuis sauvé plusieurs centaines de milliers de vies, et a permis de réduire de plusieurs millions le nombre de blessés ainsi que la gravité des lésions dues aux accidents. À elle seule, la ceinture de sécurité trois points constitue le dispositif de sécurité le plus important inventé depuis les débuts de l’automobile, il y a 120 ans.

Mais pour que ce dispositif soit efficace, il ne faut pas oublier d’attacher sa ceinture ! Et là le chemin est encore long pour convaincre les automobilistes. Elle sera rendue obligatoire pour la première fois en 1971 dans l’Etat de Victoria, en Australie, et en 1979 en France à l’avant … et à l’arrière il aura fallu attendre 1990 pour qu’elle soit rendue obligatoire !

Alors, cher(e)s histoirien(ne)s, on attache sa ceinture !