Fête de la St Nicolas, vous en êtes ?

Hello les histoirien(ne)s !

Ca y est nous sommes en décembre, bientôt Noël ! Chouette 🙂 . Par contre, il va falloir attendre jusqu’au 25 décembre pour faire la fête et réunir toute la famille … Trop dur. Les enfants sont déjà impatients, et les parents aussi ! Certes il y a le calendrier de l’avent : un peu de chocolat chaque jour, voir même une bonne bière du cru (avec modération – et pour les grands seulement, merci) afin de se préparer doucement.

Hum… Mais pourquoi attendre en fait ? Et oui, il y a la fête de la St Nicolas aussi ! Une tradition bien ancrée dans plusieurs pays Européen et qui se déroule le 5 ou le 6 décembre.

Vous voulez en savoir plus ? Alors, voici une enquête exclusive Les histoires de … : « Les dessous de St Nicolas ». Heu pardon, « Les dessous de la St Nicolas ».

Qui est St Nicolas ?

Nicolas de Myre, appelé aussi Nicolas de Bari est né à Patara au sud-ouest de l’actuelle Turquie (à l’époque Asie mineure) entre 250 et 270, il fut le successeur de son oncle, l’évêque de Myre. Il était aux yeux de tous le protecteur des enfants, des veuves et des personnes les plus faibles. Il semble qu’il soit décédé le 6 décembre 343. Dès le Xe siècle, une relique (une phalange du saint) fut transférée vers le Duché de Lorraine, et il fut édifié au Sud de Nancy une grande basilique dédiée au Saint, à Saint-Nicolas-de-Port. Vénéré et très souvent invoqué, il deviendra très rapidement le saint-patron de la Lorraine.

Reconnu pour sa grande générosité, il devint, au Moyen Âge, le patron des petits enfants puis des écoliers et de nombreuses corporations dont les navigateurs, les prisonniers ou même les célibataires (mythique, n’est-ce pas 😉 ).

La légende

Il était une fois, au début de l’hiver du côté de la région Lorraine, trois enfants étaient partis se promener dans les champs. Distraits, les malheureux se perdirent sur le chemin du retour. Et rapidement glacés par la nuit tombante, ils furent alors attirés par la lumière chaleureuse filtrant des fenêtres d’une maison sur leur chemin.

Ils frappèrent à la porte et un homme leur ouvrit, Pierre Lenoir ( Peter Schwartz chez nos amis allemands), boucher de son état. Emu par leur histoire, il leur proposa l’hospitalité pour la nuit… Mais en fait, sitôt les enfants entrés, il les tua et les coupa en petits morceaux à l’aide de son grand couteau.  Il les mis dans un saloir afin d’en faire du petit salé. Miam.

Par le plus grand des hasards, tranquille, vint à passer par là à dos d’âne notre bon Saint Nicolas. Il avait lui aussi froid et faim et frappa à son tour à la porte du boucher. L’homme, n’osant pas rejeter un évêque, le convia à dîner et lui servit … du petit-salé. Seulement, Saint Nicolas, comprit rapidement qu’il y avait une entourloupe et le boucher pris au piège, avoua tout. L’évêque étendit alors trois doigts au-dessus du tonneau de petit salé pour ressusciter ainsi les trois enfants.

Pour le punir, Saint Nicolas enchaîna le boucher à son âne et le garda auprès de lui. Et le fier boucher devint le père Fouettard, dont le rôle est depuis lors de punir les enfants odieux. Il opta pour une tenue noire, la tête cachée sous une cagoule avec une épaisse barbe noire. Il est ainsi l’opposé de Saint Nicolas le bienveillant.

La tradition aujourd’hui

Saint Nicolas est aujourd’hui fêté dans de nombreux pays européens : Autriche, Belgique, France (Est et Nord principalement), Luxembourg, Pays-Bas, Suisse… Chaque année, durant la nuit du 5 au 6 décembre, il entre dans les maisons pour distribuer des friandises aux enfants sages. Des pommes, des fruits secs, des chocolats et surtout des pains d’épices à son effigie. Par contre les enfants qui n’ont pas été sages ont le droit à une branche du fagot du Père Fouettard, présageant quelques réprimandes douloureuses, mais aussi du charbon, des pommes de terre, des betteraves ou des oignons.

Selon la tradition, Saint Nicolas arrive en mûle ou sur un cheval blanc d’un bateau venu d’Espagne ou encore d’un âne magique. Et dans certaines régions, il faut laisser un bol d’eau et une carotte devant la cheminée pour l’âne/mule/cheval et un verre d’alcool pour Saint-Nicolas.

Alors sur ces bonnes paroles, l’équipe des histoires de … part en week-end fêter la Saint Nicolas ! Et vous souhaite au passage un bon mois de décembre et d’excellentes fêtes !